Histoire du Laos en bref

Histoire du Laos

Royaume de Lan Xang

L’histoire officielle du Laos est traditionnellement attribuée à l’établissement du royaume de Lan Xang par le roi Fa Ngum en 1353. Cependant, l’occupation antérieure de la terre par des peuples tels que le royaume Mon de Dvaravati et les peuples proto-khmers a reçu beaucoup de l’accent dans les histoires du Laos écrit pendant la période coloniale française.

On suppose généralement que le roi Photisarath a contribué à établir le bouddhisme Theravada comme la religion prédominante du pays.

Au 17ème siècle Lan Xang est entré dans une période de déclin et la fin du 18ème siècle Siam (maintenant la Thaïlande) a établi le contrôle d’une grande partie de ce qui est maintenant le Laos. La région était divisée en trois états dépendants centrés sur Luang Prabang au nord, Vientiane au centre et Champassak au sud. Les Lao de  Vientiane  se sont rebellés en 1828 mais ont été vaincus, et la région a été incorporée au Siam. Après l’occupation du Vietnam, la France a absorbé le Laos en Indochine française via des traités avec le Siam en 1893 et ​​1904.

Période de l’Indochine

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Japonais occupèrent l’Indochine française. Quand le Japon se rendit, les nationalistes laotiens déclarèrent le Laos indépendant, mais au début de 1946, les troupes françaises réoccupèrent le pays et accordèrent une autonomie limitée au Laos. Au cours de la première guerre d’Indochine, le Parti communiste indochinois a formé l’organisation de résistance Pathet Lao engagée dans l’indépendance du Laos. Le Laos a accédé à l’indépendance totale suite à la défaite française des communistes vietnamiens et à la conférence de paix de Genève qui a suivi en 1954. Lire aussi Bataille de Dien Bien Phu et la chute de l’Indochine française 1954

Guerre du Vietnam

Les élections ont eu lieu en 1955 et le premier gouvernement de coalition, dirigé par le prince Souvannaphouma, a été formé en 1957. Le gouvernement de coalition s’est effondré en 1958 sous la pression des États-Unis. En 1960, le capitaine Kong Lae organisa un coup d’État lorsque le cabinet fut absent à Luang Prabang, la capitale royale, et exigea la réformation d’un gouvernement neutraliste. Le second gouvernement de coalition, à nouveau dirigé par Souvannaphouma, n’a pas réussi à tenir le pouvoir. Les forces de droite sous le général Phoumi Nosavan ont chassé le pouvoir neutraliste du pouvoir plus tard la même année.

Lire aussi

Une deuxième conférence de Genève, tenue en 1961-1962, a assuré l’indépendance et la neutralité du Laos, mais l’accord a été renversé par les États-Unis et le Vietnam du Nord et la guerre a repris rapidement. Le gouvernement et l’armée du Laos étaient généralement neutres pendant le conflit. Pendant près d’une décennie, le Laos oriental a été soumis aux bombardements les plus violents de l’histoire de la guerre, alors que les États-Unis cherchaient à détruire la piste Ho Chi Minh qui traversait le Laos. Voir aussi Histoire de la guerre du Vietnam

Après la guerre jusqu’à maintenant

Après la chute du Vietnam du Sud aux forces communistes en avril 1975, le Pathet Lao, avec le soutien du Vietnam du Nord, a pu prendre le pouvoir total avec peu de résistance. Le 2 décembre 1975, le roi fut contraint d’abdiquer son trône et la République démocratique populaire lao fut établie.

Le nouveau gouvernement communiste était dirigé par Kaysone Phomvihane. Voir Organisation et membres du Gouvernement , de l’Assemblée nationale du Laos

Kaysone est mort en novembre 1992 et a été remplacé par Nuhak Phumsavan en tant que président et en tant que dirigeant du parti par Khamtay Siphandone, qui est ainsi devenu le dirigeant effectif du pays. En 1998, Nuhak prit sa retraite et Khamtay lui succéda en tant que président, poste qu’il conserva jusqu’en 2006, à 81 ans. Le général Sisavath Keobounphanh devint Premier ministre en 1998 et succéda en 2001 à Boungnang Vorachith.

Depuis les réformes des années 80, le Laos a connu une croissance soutenue de 6% par an depuis 1988, sauf pendant la crise financière asiatique de 1997. Récemment, le Laos a normalisé ses relations commerciales avec les États-Unis et l’Union européenne pour répondre aux exigences d’adhésion de l’Organisation mondiale du commerce.

Le parti communiste conserve le monopole du pouvoir politique, mais laisse le fonctionnement de l’économie aux forces du marché et n’intervient pas dans la vie quotidienne des Laotiens, à condition qu’ils ne contestent pas sa domination. Les médias sont contrôlés par l’État, mais la plupart des Lao ont un accès gratuit à la radio et à la télévision thaïlandaises et l’accès à Internet est disponible dans la plupart des villes. Les Lao sont également assez libres de voyager.

En mars 2006, Khamtay a démissionné de son poste de président du Parti et a été remplacé aux deux postes par Choummaly Sayasone, l’actuel premier ministre étant M. Thongsing Thammavong.

Reply

DMCA.com Protection Status